Chez moi ou chez toi ?

(expression de fin de soirée)



La question ainsi formulée peut paraître 1. ringarde ou 2. manquer de poésie, elle résume malgré tout bien le dilemme principal de l'après-verre. Le problème est de savoir si la puma ou la cougar peut autoriser le petit jeune à pénétrer dans son antre glamour et sensuel, et si affinité, à faire le rouleau de printemps dans ses draps de soie.
Si le fauve accepte, il ouvre son intimité au petit jeune. Ce qui n'est pas rien. Surtout si le fauve a tendance à négliger le ménage et le ramassage de petite culotte. Il a ainsi intérêt à avoir rangé un tantinet s'il souhaite ne pas effrayer sa proie...



...Il se met également dans une situation délicate si, l’expérience sub-couettique se révélant décevante, il souhaitait donner congé au goujat. Il serait plus facile de filer à l’anglaise de chez le petit jeune. D’un autre côté, que la nuit se passe bien ou mal, le fauve devra rentrer au petit matin avec les habits de la veille et même peut-être – horreur – découvrir avant de s'éclipser que le petit jeune ne possède ni café décent, ni thé darjeeling bio issu du commerce équitable.
La géographie permet souvent de trancher, selon le degré d’impatience que chacun manifeste à se retrouver en position horizontale.